Ce n’est pas claire qu’est que ça a été le première voyage de La Grace. Après d’être mis à l’eau le voilier était tiré en câble par un bateau de moteur à peu près un demi mille nautique jusqu’a une bouée en golf de Suez. Là il restait attaché et nous avons terminé des préparations qui nous n’avons pas pu fair dans le chantier.

 

21.12. essai du moteur. On a détaché le voilier de la bouée et commencé de circuler parmi des navires mouillés l’ancre. Après nous nous avons mis en route vers le port de plaisance de Port Tawfik. En total, nous avons fait à peu près 9 milles nautiques.

 

Mais le premier voyage de vrai a commencé le 23. 12. à six heure exact. Dans obscurité et brouillard nous avons detaché tous les six cordes et lentament nous avons pris la mer. Après quatre mille nous avons mis le bateau contre le vent et sorti la première voile – le voile à corne. Après il a suffi de tomber avec le vent et débrayer. Le jour se lèvait et nous remontions au vent.

 

Avant de sept heures nous avons sorti la voile avant. En haut en gréement: detacher des gaskets qui atachent les voiles enroulées au bôme.

 

La voile avant nous a ajouté un noeud en vitesse. En brise légère nous fairons cinque noeuds.

 

Il est presque 8 heures, le temps du petit déjeuner. Nous avons du thé, du pan egyptien, fromage, marmelade. En plan dérierre des tankers mouillés l’ancre.

 

Notre but est l’île de Shadwan, qui se trouve 170 milles nautiques sur-sur-este. Heuresement nous avons des bonnes cartes et des bons navigateurs.

 

Bien renforcés avec le petit déjouner, nous ataquons une autre voile. Cette fois, c’est le hunier. Le voilier prends un peu plus de vitesse.

 

Neuf heures et demi – c’est le temps pour la grand’ voile. L’autre fois en haut aux mâts et detacher des gaskets.

 

Avec la grand voile nous avons aussi plus de vent. Le vent est à peu près 30-35 noeuds. Au vent arrière le voilier fait 8 - 9 noeuds.

 

Mainenant c’est le moment pour voir comment le voilier navique contre vent. On tourne le vergues en tourneant graduellement le bateau. Un peu plus et nous naviguerons contre les vagues. Le voilier presque n’a pas penché.

 

La dernière voile que nous avons hissé pendant le premier voyage.

 

En fin nous pouvons jouir de la navigation. Comme on s’est éloigné du Suez, les vagues sont plus hautes et avec le vent d’arrière elles font bercer le bateau.

 

Cette voile est plutôt pour le vent latéral et pour ça on la baisse.

 

Maintenent le voilier coure à vitesse de 9 noeuds. Quand le timonier détourne de la direction et prend le vent latéral, nous courrions encore plus vite. Le meuilleur vue sur le bateau et du cet point.

 

Il est quatre heures et tôt va tomber la nuit. Nous avons déjà baissé la voile de corne et aussi le hunier. Les gabiers doivent grimper en haut et atacher la voile à la vergue.

 

Ce n’est pas très visible dans le photo, mais le bateau se bercait assez beaucoup. Sur la vergue c’était comme sur balançoire. La vitesse - 10,6 noeuds.

 

Elles nous restent deux voiles. Nous discutions s’il faut baisser encore une. Et laquelle?

 

On baisse le hunier d’avant. Seulement de trouver des cords corrects...

 

En fin on a passé la nuit avec une seul voile – la d’avant. Et avec ça, le bateau navigait en sept noeuds. Une des vigie, à cause de l’inattention, a possé le bateau lateralment au vent. C’a fait le bateau de bercer un peu mais rien de grave n’a pas passé.

 

La deuxième aube de cet voyage. On verá le but de notre voyage tôt.

 

.

Avant dix heures on arrête dans une baie de l’île Shadwan. Il faut trouver comment mouiller l’ancre.

Le premier voyage du voilier a bien tourné. Le bateau est vit, conrolable, et stable. Même c’était pour la première fois pour la moitié de l’équipe, personne a eu le mal de mer. On ne doit pas oublier le pizza excelente, préparé par nos belles cuisinières. Simplement le voyage de rêve!

 

 

Le premier voyage du voilier a bien tourné. Le bateau est vit, conrolable, et stable. Même c’était pour la première fois pour la moitié de l’équipe, personne a eu le mal de mer. On ne doit pas oublier le pizza excelente, préparé par nos belles cuisinières. Simplement le voyage de rêve!

 

Le premier voyage du voilier a bien tourné. Le bateau est vit, conrolable, et stable. Même c’était pour la première fois pour la moitié de l’équipe, personne a eu le mal de mer. On ne doit pas oublier le pizza excelente, préparé par nos belles cuisinières. Simplement le voyage de rêve!